logo ihs

kim jong-namKim Jong-nam assassiné à Kuala Lungpur

En ligne le 15 février

Demi-frère du dictateur communiste nord-coréen Kim Jong-un, Kim Jong-nam, âgé de 45 ans, a été assassiné en Malaisie. Il semble avoir été empoisonné avec des aiguilles par deux femmes non identifiées…

Le 25 janvier à Londres l’ancien numéro deux de l’ambassade de Corée du Nord au Royaume-Uni, Thae Yong-ho, passé au Sud en août, affirmait être "convaincu que les jours de Kim Jong-un sont comptés." Étant l’un des plus hauts diplomates à être passé au Sud ces dernières années, il a expliqué que l’accès aux informations étrangères dans le cadre de ses fonctions avait contribué à faire vaciller sa foi dans le régime. Ses doutes sont devenus des convictions quand Kim Jong-un, arrivé à la tête du pays après la mort de son père il y a 5 ans, s’est mis à se débarrasser de hauts responsables du régime dans d’impitoyables purges.

Il rapporte que de plus en plus de Nord-Coréens tournent le dos à Pyongyang. Il s’est également dit sûr que davantage de ses compatriotes suivent son exemple, car le régime nord-coréen est "sur une pente descendante."

À Séoul, aucune source officielle n'était joignable dans l'immédiat.

Cette mort est la plus spectaculaire sous le régime de Kim Jong-un depuis l'exécution de l'oncle du dictateur communiste nord-coréen n Jang Song-thaek en décembre 2013. Soumis à une pression internationale croissante à propos des programmes nucléaire et balistique nord-coréen, Kim Jong-un cherche à renforcer son emprise sur le pouvoir. Lundi, le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné à l'unanimité – y compris la Chine, principale alliée de Pyongyang – le tir de missile effectué dimanche par la Corée du Nord.

Kim Jong-nam avait été un temps considéré comme l'héritier potentiel de son père Kim Jong-il, dont il était le fils aîné, avant de tomber en disgrâce à la suite d'une tentative manquée en 2001 d'entrer au Japon avec un passeport falsifié pour visiter Disneyland. Depuis, il a vécu en quasi-exil, principalement dans le territoire chinois de Macao. Son demi-frère cadet Kim Jong-un est devenu le dirigeant de la Corée du Nord à la mort de leur père en décembre 2011.

Kim Jong-nam, connu comme un partisan de réformes en Corée du Nord, avait déclaré à un journal japonais s'opposer au mode de succession dynastique du pouvoir. Il était réputé proche de son oncle Jang Song-thaek, qui fut le numéro deux officieux du régime nord-coréen et le mentor politique du dirigeant actuel avant d'être liquidé sur son ordre.

Kim Jong-nam avait déjà été visé dans le passé. En octobre 2012, le parquet sud-coréen avait indiqué qu'un Nord-coréen détenu comme espion avait reconnu son implication dans une mise en scène d'accident de la route en Chine en 2010 visant Kim Jong-nam. En 2014, il a été vu en Indonésie, dans un restaurant italien dirigé par un homme d'affaires japonais à Jakarta. Selon les informations circulant à l'époque, il vivait entre Singapour, l'Indonésie, la Malaisie et la France.

En 2012, l'hebdomadaire moscovite Argumenty i Fakty avait rapporté qu'il avait des difficultés financières après s'être vu couper les vivres par Pyongyang à la suite de ses critiques du mode de succession. Selon cet hebdomadaire, il aurait été expulsé d'un hôtel de luxe à Macao avec des dettes de 15 000 dollars. La Corée du Sud avait alerté l'an dernier sur de possibles tentatives d'assassinat nord-coréennes sur son territoire. Séoul citait d'anciennes tentatives visant le transfuge Hwang Jang-yop, idéologue en chef du régime nord-coréen et ancien tuteur de Kim Jong-il, réfugié à Séoul en 1997 et mort de causes naturelles en 2010. Kim Jong-nam était issu de l'union de son père avec Sung Hae-rim, une actrice née en Corée du Sud et morte à Moscou.

Revenir au fil de nos chroniques
→  Recevoir nos mises à jour

Tweet