Conférence du Jeudi 10 décembre 2015

Antonio Elorza

de 18 h à 20h à Nanterre

Antonio ElorzaL’Espagne, entre populisme et sécession catalane

La crise économique a frappé en 2008 une société à laquelle le président socialiste Zapatero avait promis croissance et bien-être illimités. C’est le contraire qui survint, provoquant en mai 2011 la contestation des Indignés. Podemos, mouvement fondé en janvier 2014 par des universitaires proches d’Hugo Chavez, proposa une réponse radicale à la crise et fut largement suivi par les électeurs. À quelques semaines des élections législatives, où en est ce mouvement? Que propose-t-il ?

Ciudadanos, autre force politique émergente, a pour origine l’opposition au nationalisme catalan mais aussi la dénonciation de la corruption et de la sclérose du Parti Populaire au pouvoir - ce qui lui a permis d'obtenir un large appui des classes moyennes.

Le grand problème actuel de l'Espagne est la montée de l'indépendantisme catalan. Très minoritaire jusqu'en 2010 (19 % des voix aux élections régionales), ce courant vient d’obtenir, du fait de la crise, 47,5 % des voix : l'Espagne est perçue désormais comme le bouc émissaire, responsable de tous les maux. Le pays pourra-t-il sortir de cette impasse?

Avant les législatives du 20 décembre, Antonio Elorza, professeur émérite à la prestigieuse université Complutense de Madrid, chroniqueur à El Pais, nous aidera à mieux comprendre la situation de l’Espagne et ses enjeux.

→ écouter ou télécharger L'enregistrement de la conférence et du débat

→ retrouver l'article d'Antonio Elorza dans la livraison n° 58 de la revue Histoire & Liberté : "Podemos ou le léninisme aimable"